INSTITUT DE BIOLOGIE DU DEVELOPPEMENT DE MARSEILLE

Actualités

Les Portraits de l’IBDM – Camille Boutin

Je trouve passionnant les notions de micro-chimérisme qui montre que nous pouvons abriter dans nos organismes des cellules de nos mères.
Date de publication

Peux-tu nous expliquer ton parcours professionnel et qu'est ce qui t’a motivé à venir travailler à l'IBDM?

Il y a longtemps, j’ai rejoint l’IBDM pour un DEA que j’ai effectué dans l’équipe d’Harold Cremer. J’ai ensuite commencé une thèse à Paris qui s’est révélée être une voie sans issues. J’ai donc pris la décision de revenir à l’IBDM pour effectuer mon doctorat dans l’équipe d’Harold Cremer ou j’ai élucidé plusieurs points de contrôle moléculaire de la neurogenèse postnatale. A la fin de ma thèse, je me suis passionnée pour les cellules multiciliées (MCCs) et j’ai décidé de consacrer mon post-doc (UCL Bruxelles) à l’élucidation de la coordination multi-échelle des battements ciliaires de l’épendyme murin.

Juste avant mon départ, Laurent Kodjabachian a également commencé à travailler sur les MCCs. 5 ans plus tard Laurent et moi avons eu l’occasion d’échanger sur nos l’avancée de nos projets respectifs sur le sujet et constaté notre intérêt commun pour les MCCs et les questions fondamentales qu’elles nous permettent d’aborder. Nous avons très naturellement pris la décision de s’appuyer sur nos convergences d’intérêt et de combiner nos approches et modèles. Ainsi je suis revenue à l’IBDM.

Quel résultat scientifique t'a particulièrement satisfait et pourquoi ?

J’en présenterais deux 😉

Le premier est la mise en place d’un protocole d’électroporation du cerveau murin pendant ma thèse. Je suis fière de ce résultat car il est le fruit d’une opportunité offerte par Harold Cremer de développer une idée que j’avais eu en tant que doctorante débutante. Plus de 10 ans après sa mise en place, cette méthode est encore très utilisée. J’ai appris en suivant cette idée que le développement de nouvelles approches techniques pouvait être un véritable “game changer” pour aborder une problématique scientifique. Je cultive toujours cette philosophie dans mes projets actuels.

Le second n’est pas encore publié mais je l’adore. Dans le contexte des MCCs, je souhaite comprendre comment une cellule est capable d’homogénéiser la taille de 100aine de cils. Pour comprendre ce phénomène, nous développons une approche descriptive poussée mais nous avons également identifié une condition expérimentale où nous générons dans la même cellule des cils très petits et d’autres beaucoup trop longs. Ce résultat inédit dans le domaine nous ouvre un vaste projet.

Sur quoi es-tu en train de bosser en ce moment ?

MCCs! Les MCCs ! Plus sérieusement je suis en train de finaliser des papiers qui tournent autour du contrôle du nombre de centrioles dans les MCCs ce qui nous amène à explorer sous toutes les coutures un organelle peu étudié, le deuterosome. Pour cela nous avons développé des approches de biochimie et beaucoup, beaucoup, beaucoup, d’imagerie (optique et électronique). Vous pouvez en apprendre plus sur le sujet ici.

Il y a également ce projet sur la taille des cils financé par mon ANR JCJ. Et je suis en train de conceptualiser le prochain projet que je voudrais développer basé sur une observation faite il y a 10 ans en postdoc qui adressera des questions d’évolution de la compartimentalisation des fonctions dans epitheliums multictiliés.

Qu'est ce que tu aimes le plus dans ton travail ? le moins ?

Le plus la liberté de création, l’échange avec mes collègues et la microscopie.
Le moins le manque de temps pour mener à bien tout ce que je voudrais.

Si tu devais adopter une devise pour guider ta carrière, laquelle choisirais-tu ?

Il n’est jamais trop tard pour éclore.

As-tu une anecdote sur ton travail?

Lorsque j’étais en thèse, un jour de découragement, j’ai été à deux doigts de jeter sans l’observer LA lame ou se trouvait la première coupe de cerveau ayant des cellules électroporées. J’ai réalisé a posteriori que je serais passé à côté d’un sacré point d’étape dans ma carrière. J’ai depuis toujours été au bout de l’analyse de toutes mes lames.

Quelle est la découverte scientifique récente qui te passionne le plus et pourquoi ?

Je trouve passionnant les notions de micro-chimérisme qui montre que nous pouvons abriter dans nos organismes des cellules de nos mères… J’ai aussi bien aimé un article qui parlait de l’alliance entre un oiseau sauvage et les chasseurs de miel.

Si tu devais choisir un superpouvoir basé sur un phénomène scientifique, lequel choisirais-tu et comment l'utiliserais-tu ?

J’aimerais pouvoir être toute petite pour me balader dans un épithélium multicilié marqué par immunofluorescence ou préparé pour de la SEM.

Si tu étais un outil de laboratoire, lequel serais-tu ?

Sans hésitations, un microscope !

Quels sont tes loisirs ou passe-temps préférés ?

Le temps passé avec mon compagnon et nos trois enfants. Entre autre activités, le yoga, la lecture, les balades, l’apiculture.

Quels sont les derniers films, séries, livres, concerts, ou tout autre divertissement culturel que tu as appréciés récemment ?

Pour les livres, la liste est longue : Le dernier Pennac qui a clôturé la série “Malaussène” que je lis et relis depuis mes 14 ans, la série Dune que je suis en train de terminer, la saga des Cazalets, la série de la passe-miroir que j’ai dévoré, Néandertal à la recherche des génomes perdus de Svante Paabo qui est fascinant pour l’aventure scientifique tout en étant plein d’anecdotes géniales. L’exposition Max Ernst au Château de Caumont qui a été appréciée à l’unanimité par ma famille l’année dernière.

Catégories

Dernières publications

AGENDA

Surbhi

In the brain, neurons communicate through synapses. In response to

OFFRES D'EMPLOI

TWITTER